Critique: Chicken Police – Paint it RED!

Voici notre critique du jeu Chicken Police – Paint it Red!:

Genre: Jeu narratif d’investigation
Développeur: The Wild Gentleman
Date de sortie: 5 novembre 2020

Disponible sur PS4, Xbox One, Nintendo Switch et PC

Site Web Officiel

Vous avez aimé Grim Fandango ou encore L.A. Noire? Vous aimez les romans de type Fleuve noir policier des années 50 teintés d’une impression de Animal Farm de George Orwell? Vous aimez l’ambiance glauque et feutrée des bureaux de détectives parfumés aux effluves de whiskey bon marché, délabrés et enfumés, baignés dans une atmosphère de meurtre sordide et d’investigation parsemée de doutes? Sur une trame de fond satirique et de vieux airs de jazz enrobés de velours rouge, Chicken Police est votre prochaine destination.  

Classique, mais toujours efficace

Bienvenue à Clawville. Ville tordue et vicieuse. D’un côté nous avons Sonny Featherland, ex-policier déchu dont la vie semble être une dépression en constant renouvellement.De l’autre Marty MacChicken, un détective en pleine ascension qui affectionne particulièrement l’idée d’utiliser sa carabine. Autrefois ils étaient une équipe de choc à toute épreuve. Ils seront réunis à nouveau dans le cadre d’une enquête des plus mystérieuses.

On débute le récit sur une narration d’un Sonny Featherland cynique et désabusé, sur le point de tout laisser de côté pour prendre une retraite bien méritée. De retour au bureau, dans l’ombre se tient une silhouette sombre. Il s’agit de la première pierre dans la fondation du récit. On ne peut en dire trop sur le scénario puisqu’il serait aisé de vendre la mèche, étant donné qu’il s’agit d’une enquête qui doit être approfondie par le joueur. Par contre, ce qu’on peut en dire, c’est qu’on nous offre une histoire très nébuleuse avec de multiples revirements de situation intéressants.

On ne réinvente pas la roue, mais…

Certes, Chicken Police n’est pas une révolution au niveau du gameplay, mais plusieurs activités viendront agrémenter ce point and click. En effet, on aura l’opportunité de participer à des activités telles que du tir sur cible ou du déverrouillage de coffres. Ces petites activités ne sont pas un obstacle à la mission essentielle du jeu qui se veut être une grosse investigation. Elles sont généralement plutôt faciles à exécuter. L’essentiel des actions se situe au niveau de l’enquête. Donc beaucoup, beaucoup…beaucoup de discussion avec les personnages. Une quantité énorme d’informations viendront s’agglutiner entre vos deux oreilles. Des choix de questions vous seront proposés pour guider vos interrogatoires et ainsi venir à bout de tirer les vers du nez de vos interlocuteurs. Bref, il faut aimer les jeux lents qui proposent énormément d’information à colliger.

Un retour dans un passé iconique

Les plus vieux d’entre nous se rappelleront les dessins animés de Spider-man ou Cap’tain America des années 60 où on pouvait voir un Peter Parker immobile sur un arrière-plan en mouvement ou le capitaine dans un décor figé avec seulement les babines qui grouille. On se rappellera aussi les films des années 50 et 60 ou une ballade en auto se déroulait dans un véhicule immobile devant un écran qui défile plus ou moins habilement. Chicken Police propose ce principe d’animation dans un décor sombre et mystérieux. Ce jeu est esthétiquement parfait. Il est une représentation exemplaire de l’atmosphère des récits à la Hitchcock ou Fritz Lang.

Mais que dire des personnages ? Connaissez-vous ce qu’est l’anthropomorphisme ? Il s’agit simplement de l’attribution de caractéristiques du comportement ou de la morphologie humaine à d’autres entités, comme des animaux, ce qui est le cas ici. Des policiers à tête de poulets, des barmans au profil équin, des chanteuses de jazz au visage de félins, et bien plus. Comme on dirait par ici…ça fit ! Ça ajoute un gros plus au scénario et à l’acceptation de la trame principale complètement loufoque. Tout ça en noir et blanc ou presque. Très peu de coloration présente dans ce jeu mis à part des quelques repères pour épauler le scénario tel que les yeux d’une certaine Natasha qui se veut être une tombeuse d’homme. C’est beau!

Ça jazz

Eh oui, il fallait s’y attendre. Qui dit détective, noir et blanc, meurtre et mystère, dit jazz. La trame sonore est excellente et nous permet de nous laisser porter par le scénario dans une ambiance parfaite. À savourer avec un petit scotch et un bon cigare. Un jukebox est aussi disponible dans le jeu pour simplement savourer l’ambiance sans se casser la tête.

Profitez-en au premier jet

Le concept de Chicken Police limite un peu sa durée de vie. Une fois qu’on a passé au travers de l’enquête (entre 6 et 8 heures de jeu) et qu’on a élucidé le mystère, il ne reste pas de grandes surprises pour l’avenir. Il faudrait vraiment être tombé en amour avec le titre pour vouloir revivre à tout prix cette aventure à sens unique.

Chicken Police est une édition Handy Games, éditeur allemand mieux connu pour ses titres mobiles gratuits. Ils ont tout de même lancé des titres populaires tels que Townsmen vr, Neighbours back from hell ou encore Little big workshop.

Chicken Police – Paint it Red! propose un récit mystérieux aux allures de roman policier des années 50 sur un fond de jazz langoureux qui saura plaire aux amateurs de mystères et d’enquête. Il s’agit d’un jeu très efficace avec une présentation superbe. Malgré une durée de vie relative, il reste un super divertissement si vous aimez le genre point and click d’enquête.

Un énorme merci à Handy Games de nous avoir permis de tester le jeu pour en faire une critique.

Merci d’avoir pris le temps de lire notre critique du jeu Chicken Police – Paint it Red!. N’hésitez pas à nous donner vos avis sur ce jeu dans la section commentaire, ci-dessous!

Dominic Duclos
Les derniers articles par Dominic Duclos (tout voir)
 
Partager

Dominic Duclos

Ces premières armes ont été l’Atari 2600 et quelques années plus tard la NES. À l’époque, il adorait principalement les Final Fantasy, Zelda et Megaman. Son top 5 d’aujourd’hui, sans réflexions, est Final Fantasy 12, Fable, Horizon Zero Dawn, Days Gone et Assassin’s Creed Unity. Il est généralement très ouvert sur les jeux et essaye de rester objectif même s’il dérape régulièrement!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *