Critique: Digimon Story: Cyber Sleuth – Hacker’s Memory

Voici notre critique du jeu Digimon Story: Cyber Sleuth – Hacker’s Memory, testé sur PS4:

Genre: RPG
Développeur: Media.Vision
Date de sortie: 19 Janvier 2018

Disponible sur PS4, Nintendo Switch et PC

Site officiel

Dans un univers virtuel où les gens du monde entier peuvent se réunir ainsi qu’un Tokyo où les hackers mènent une guerre cybernétique entre eux, incarnez un protagoniste cherchant à prouver son innocence face à un crime qu’il n’a pas commis et plongez dans le monde digital! Capturez et choisissez les monstres qui vous serviront de partenaire dans cet univers remplit de secrets plus sombres les uns que les autres!

Une sombre histoire de hackers et de Digimon!

Accusé d’un crime qu’il n’a pas commis, Keisuke Amazawa, un débutant dans le monde du hacking, cherche à prouver son innocence en suivant celui qui lui a volé son compte lui permettant de se rendre dans Eden, un monde virtuel. Ce faisant, il rencontre une bande qui, apparemment, cherche la même personne pour une autre raison. Durant ses recherches, il croisera un marchand particulier: un vendeur de…Digimon. Vous incarnez Keisuke dès ce moment. À partir de là, vous aurez le choix entre trois créatures, à rabais, car ceux-ci s’avèrent faibles et sur le point de se faire effacer. Voulant à tout prix les libérer, il est attaqué par le marchand et c’est à ce moment qu’un hacker, Ryuji, vole à son secours et vous aide à le battre lors d’un combat Digimon. Il vous invitera par la suite à vous joindre à son équipe, les Hudies, afin de vous aider en échange de votre dévotion au clan. Ce sera donc à partir de là que votre aventure commencera!

L’histoire du jeu est très bien bâtie et plutôt bien détaillée. Tel que ce que l’on connait tous des RPG, il y a énormément de texte à lire, beaucoup de personnages à connaître et beaucoup de choses, en général, à connaitre sur l’univers dans lequel vous vous lancez, mais tout est expliqué au fur et à mesure que vous progresserez dans votre enquête ainsi que dans les missions qui vous seront données par toutes sortes d’être de l’univers numérique, comme ceux du monde réel!

Une jouabilité facile mais…

À la base, Hacker’s Memory est un jeu dans le style de Pokémon. C’est à dire qu’il vous est possible de capturer et d’entraîner un vaste répertoire de créatures, à la différence que, cette fois-ci, un Digimon peut digivoluer sous plusieurs formes. Une espèce pourra évoluer, si vous remplissez les conditions, en trois ou quatre formes qui pourra, à son tour, se transformer en d’autres Digimon. Le choix de votre équipe est donc très vaste, pouvant être sélectionnée parmi plus de 350 monstres.

Plusieurs manières de leur faire gagner de l’expérience vous est offerte. En combattant, en étant simplement dans votre équipe de soutien (avec vous mais ne participant pas aux combats), ou bien à la digiferme, un complexe d’îles où vous pouvez envoyer vos créatures se reposer, trouver des quêtes, se nourrir, s’entraîner et même fabriquer des objets. Un message texte vous avertira lorsque l’un d’eux sera au niveau maximum, ce qui vous permettra alors de le faire évoluer à votre guise.

Dans Hacker’s Memory, vous aurez à remplir des missions qui vous seront confiées via votre ordinateur ou bien par le biais des membres de votre clan, celles-ci étant généralement reliées à l’histoire principale. Durant ces quêtes, vous aurez à faire face à des Digimon sauvages qui seront automatiquement scannés afin que vous puissiez, au bout d’un moment, en faire éclore une copie que vous pourrez entraîner. Ceci compose le système de capture de Digimon. Vous aurez également à faire face à des hackers de bandes rivales dans des combats de Digimon classiques au tour par tour, ou bien en mode Domination, un autre genre où vous devez accumuler des points en occupant des espaces sur un terrain pré-établi.

Le gameplay de Hacker’s Memory est, par chance, expliqué au fur et à mesure que vous jouez. Il est facile à prendre en mains mais demande une certaine dose d’adaptation car il est très facile de s’y perdre. Aussi, il semble que, en ce qui concerne l’histoire principale, il n’y a aucune indication de la suite de l’histoire mis à part les dialogues des personnages entre eux. Alors si vous oubliez où vous devez vous rendre, vous aurez probablement à chercher car aucun journal n’est tenu pour ces quêtes-là!

Graphismes et bande sonore technologiques

Côté graphismes, le jeu est très bien réalisé et les cinématiques sont dignes de l’animé Japonnais de la franchise et même mieux encore. Les digivolutions sont agréables à voir et vous rappelleront très certainement l’époque durant laquelle vous regardiez cette série à la télévision parce qu’elles y sont identiques! J’ai également noté que les attaques des Digimon qui sont également celles que les créatures utilisent durant l’animé (par exemple, le pepper breath d’Agumon) ont exactement les mêmes mimiques. L’environnement dans lequel vous passez le plus clair de votre temps, l’Eden, est doté d’une belle profondeur et d’une vivacité colorée qui plaît énormément à l’œil, en particulier si vous appréciez le bleu!

La bande sonore qui accompagne ce décor informatique se fond très bien avec l’environnement. En effet, une musique de style électronique parcourra avec vous tout votre trajet dans le monde d’Eden. Je dois avouer qu’à la longue, je devais baisser le volume de la télévision parce que, bien qu’entrainante, elle est extrêmement répétitive et j’ai personnellement trouvé qu’elle devenait agressante à la longue.

Une autre petite déception de ma part mais qui pourrait plaire à d’autres, le voice acting n’est qu’en japonais tandis que le jeu est entièrement sous-titré en anglais. J’aurais apprécié pouvoir entendre les voix des Digimon mais surtout pouvoir les comprendre!

Une durée de vie plus qu’honorable

Pour ceux qui désirent suivre l’histoire, Digimon Story: Cyber Sleuth – Hacker’s Memory se termine au bout de plus ou moins 45 heures. Période qui peut facilement s’étendre jusqu’à 90 si vous désirez collectionner tous les Digimon ainsi que toutes les digivolutions, le jeu contenant plus de 350 bestioles!

Media.Vision, compagnie que je ne connaissais pas de nom, est connue pour avoir travaillé sur quelques bons titres comme Tales of Berzeria ainsi que Valkyria Chronicles! Ils valent donc très certainement la peine d’être suivis de près!

D’avis personnel, Digimon Story: Cyber Sleuth – Hacker’s Memory est un très bon jeu sur Playstation pour ceux voulant jouer à quelque chose qui ressemble d’assez près à la franchise Pokémon. Bien qu’il n’en soit pas totalement l’équivalent puisque les deux ont leurs propres différences, cet opus saura charmer les joueurs qui aiment « Tous les collectionner ». Par contre, la musique finissait vraiment par me taper sur le système au bout d’une quarantaine de minutes, ce qui m’obligeait à réduire le volume. Mis à part ce point, je vous conseille vivement de vous lancer dans cette digi-aventure!

Merci d’avoir pris le temps de lire notre critique du jeu Digimon Story: Cyber Sleuth – Hacker’s Memory. N’hésitez pas à nous donner vos avis sur ce jeu dans la section commentaire, ci-dessous!

Niliam
Les derniers articles par Niliam (tout voir)
 
Partager

Niliam

Il joue principalement à la PS3 ainsi qu'à la Nintendo Switch. Par contre, il aime bien jouer sur ses autres consoles (PS2, PS1, Wii U, Wii, GameCube, DS) ainsi que sur d'autres consoles plus rétro! Il a toujours été un fan de Nintendo et surtout de la franchise Zelda! Il préfère largement jouer en solo à des jeux d'aventure qu'en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.