Critique: Sea of Thieves

Voici notre critique du jeu Sea of Thieves, testé sur Xbox Series X :

Genre: Aventure action
Développeur: Rare
Éditeur: Xbox Game Studio
Date de sortie: 20 Mars 2018
Classé: T pour Adolescent
Options d’accessibilité: Dialogue anglais Seulement, sous titrage multilingue, affichage multilingue

Disponible sur Xbox One, Xbox Serie, XCloud et PC                            

Site Web

Partons à la conquête des mers en quête de richesses et de trésors, écrasons les faibles marins d’eaux douces, et pillions! Voilà le menu avec Sea of Thieves, et ça, c’est seulement si vous, vous n’êtes pas le menu pour un autre! Embarquez dans votre navire vers les océans de richesses avec vos amis.  Étant donné l’arrivée de la prochaine mise à jour du jeu, et suite à la découverte de celui-ci par ma personne, je vous écris une critique du jeu m’ayant bien amusé!

Un récit de marin d’eau douce

Naviguons vers des contrées plus loin que la vie, rendons-nous dans le monde d’après, à la recherche de trésors inimaginables. Nous tomberons sur un mystérieux capitaine squelette qui nous guidera vers le passeur des Âmes. À bord du navire du passeur, nous ne rencontrerons nul autre que Jack Sparrow, le célèbre pirate, qui a trépassé. Au fil des aventures, nous accompagnerons Jack Sparrow pour terminer une grande quête qu’il avait autrefois initiée : l’aider à retrouver son célèbre navire coulé et arrêter Davy Jones.

Il a été intéressant de suivre cette histoire. Dans mon cas, peut-être vais-je vous étonner, je n’ai hélas jamais visionné un des films Pirate des caraïbes, mais je connais ce légendaire personnage. Bien que j’aie trouvé le mode histoire court, je recommande de le faire, vous y aurez du plaisir, surtout en groupe.

La jouabilité versatile

Les commandes de Sea of Thieves sont très intéressantes, rendant le tout fluide et sans réelle difficulté de compréhension. Celui-ci se jouant en solo ou à plusieurs, jusqu’à une équipe de 4, le navire s’adapte au nombre de matelots dans votre groupe, passant du sloop, idéal pour un marin solitaire ou un duo inséparable, au majestueux Galion pour un groupe soudé de pirates de 4. Chaque membre aura une tâche à accomplir pour mener à bien l’expédition. Le traditionnel Capitaine, éternel dirigeant du Navire est à la barre, les matelots auront à guider le capitaine, car derrière la barre du galion, il ne verra rien avec les impressionnantes voiles du navire. Baisser les voiles, monter les voiles, larguer l’ancre, la remonter, guider via la carte maritime, et bien sûr tirer sur ces goujats de morts vivants vous traquant sur les hautes mers avec les canons offrant une panoplie de munitions toutes plus intéressantes les unes que les autres. Vous l’aurez compris, plus l’équipe est petite, plus les membres de l’équipage devront faire de tâches, et bien évidemment, vu que le navire est plus petit dans le cas d’un petit équipage, la nécessité de certains postes s’y retrouve amoindrie. La voile plus courte permet au capitaine de voir, au point que le plus petit navire peut être entièrement manœuvré par un seul membre d’équipage.

Sur la terre ferme, la jouabilité tourne au jeu d’exploration, d’énigmes et de tirs, des monstres apparaissant aléatoirement dans vos alentours avec les boss à abattre pour recevoir des reliques et des coffres.

La conception est très intéressante, donnant à tous un rôle, aucun ne s’ennuie réellement durant les déplacements. L’accessibilité au jeu est bonne, car elle peut laisser dans une équipage une personne ayant plus de problèmes à suivre le mouvement sans avoir de gros problèmes. Par contre, dans l’éventualité d’un combat ouvert avec d’autres joueurs, les gens moins expérimentés sont en désavantage direct. Tout cela sans compter des trolls (et oui je parle de certains joueurs) qui ont refroidi l’intérêt en début de jeu. Si j’ai un conseil à émettre pour l’aventure, faites le tout avec des amis. Parfois, les gens que vous prenez en matchmaking sont en fait avec un équipage qui eux, voudront vous traquer pendant que le joueur matchmaker saborde votre vaisseau. Heureusement, dans les options, il y a la possibilité de mettre au fer ces pirates malhonnêtes. Les combats terrestres sont plutôt difficiles en début de jeu, mais devient plus facile au fil du temps, par contre les combats contre d’autres joueurs sont plutôt complexes, utilisant le « saut » à tout va, ils vont te rendre la tâche difficile.

Les graphismes du jeu ont un style très coloré et de style cartoon, exagérant certains traits des personnages, les rendant tous uniques. Les couleurs et jeux d’ombres sont impressionnants dans leurs ensembles, donnant une beauté sans pareille à un jeu arborant un sujet plutôt sombre de l’humain, la piraterie, la mort et la malhonnêteté.

What do we do with a drunken sailor

La bande sonore douce, mais vibrante au son des instruments de l’équipage est très intéressante, hormis les trames sonores de combats et de lieux spécifiques. La grande majorité des musiques sont de fait, produites par les personnages. En effet, il y a une sélection d’instruments utilisables ainsi que de mélodies. C’est très simple, un des matelots commence la mélodie, et les autres peuvent embarquer, ainsi le jeu synchronisera le tout pour que la musique soit mélodieuse. Cet aspect du jeu lui donne une approche bien intéressante. Je n’ai pas manqué d’agacer mon coéquipier avec les musiques, à passer tout droit pour le manoeuvrage de la voile. La trame sonore du mode des fables rappelle très certainement les films de piraterie, et dû à la présence de Jack Sparrow et de ses ennemies, il est facile d’en faire un rapprochement. J’aurais tout de même bien aimé entendre la chanson si reconnaissable de Pirate des Caraïbes.

Du jeu à n’en plus finir

Le scénario principal prend environ 15 heures à compléter.  Par contre les éléments en jeu libre offrent aux joueurs la possibilité de jouer indéfiniment, améliorant l’aspect du bateau, la réputation auprès des PNJ et devenant une terreur aux yeux des autres joueurs. Je dois avouer du même coup que les affrontements contre les autres joueurs étaient ma hantise. Il est agréable de faire l’exploration, recherchant les navires coulés et les iles submergées, domaine des sirènes, ainsi que les multiples iles dans l’aventure et les forts construits en mer offrant un défi intéressant. Sans oublier nos deux créatures chouchou, ne je ne parle pas des petits cochons bien trop mignons pour la cause, mais du Kraken et du Mégalodon qui ne manqueront pas de « scraper » 4 heures de ramassage de trésors. En outre, si tu as le goût d’y jouer, tu en auras des heures à y consacrer.

Les développeurs de Sea of Thieves ne sont nul autre qu’un studio avec plusieurs années d’expérience, les studios Rare, détenus par Microsoft. Leurs réalisations passées sont multiples, me rappelant des souvenirs de Banjo-Kazooie, Banjo-Tooie, Perfect Dark, tous sur Nintendo 64, mais portés sur Xbox grâce à la réédition Rare Replay. Ils ont notamment donné vie à un jeu des plus vulgaire de la Nintendo 64, Conker Bad Fur Day, autant dire que leurs domaines d’expertise est large et il est agréable de voir qu’ils n’ont rien perdu de leur créativité.

Voici l’image du poisson bleu pyromane
P.S. il a eu besoin d’aide pour mettre le feu au navire

L’éditeur est Xbox Game Studio, un des plus grands du domaine du jeu, étant donné qu’il détient une bonne partie du gâteau qu’est l’industrie du jeu vidéo. Il faut le remercier du port de ce génial concept de Sea of Thieves sur leur plateforme.

En résumé, Sea of Thieves offre une aventure des plus originale dans un monde coloré. Un scénario qui reste optionnel mais qui vaut le détour et les magnifiques graphismes basés sur un style cartoon donne une expérience intéressante. La jouabilité est en soit sont fort, encourageant la coopération des joueurs d’un même groupe, et même offrant l’expérience intéressante aux joueurs solo. Le seul point faible de cette partie est l’absence de mode pacifiste pouvant ainsi éviter les combats avec les joueurs. Heureusement, durant mon expérience, ils furent peu nombreux. La bande sonore agréable à écouter et le temps de jeu est littéralement infini, incluant une histoire d’une quinzaine d’heures. J’attribue une note de 8.5/10, car je ne savais pas trop si je voulais lui donner 8 ou 9 tellement j’ai bien aimé l’expérience.

Merci d’avoir pris le temps de lire notre critique du jeu Sea of Thieves. N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce jeu dans la section commentaires, ci-dessous!

SkyFarron
Les derniers articles par SkyFarron (tout voir)
 
Partager

SkyFarron

Olivia Skye Hétu, ou SkyFarron! 26 ans originaire de Sherbrooke, se passionne pour le jeu vidéo et l’informatique, rêvant un jour de donner vie à son propre concept de jeu. Elle joue depuis sa tendre enfance à des titres intemporels tels que Zelda, Anno, Horizon et pleins d’autres. Elle espère vous transmettre l’amour de l’art numérique qui l’anime.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.