Critique: What Lies in the Multiverse

Voici notre critique du jeu What Lies in the Multiverse, testé sur Nintendo Switch:

Genres: Jeu d’aventure
Développeur: Studio Voyager, IguanaBee
Date de sortie: 4 Mars 202
Éditeur: Untold Tales
Classé: E pour Tous
Option d’accessibilité: Dialogue par écrit uniquement, affichage multilingue

Disponible sur PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series, Nintendo Switch et PC       

Site Web

Sautons dans l’aventure avec What Lies in the Multiverse. Un jeune homme, qui se fera surnommer Gamin, a une idée tirée par les cheveux! Il souhaite créer un algorithme lui permettant de lui donner la réponse à tout ce qui pourrait suivre les décisions qu’il prend dans sa vie. Mais cela causa un bug, le projetant dans d’autres univers. Désemparé, il explora le monde dans lequel il atterrit. Marchant, coursant, et exprimant sa fascination pour l’environnement qui l’entoure, il cherche des réponses sur l’endroit où il se trouve. Cependant, plus il avançait, plus tout lui semblait étrange. L’environnement semblait changer au fil de son court voyage. Arrivant au bout de la zone où il fit son apparition, il rencontra Everett, un chercheur dans la science du multivers.  

Le scénario

Comme précédemment décrit, l’histoire fait l’éloge d’un gamin, fasciné par les théories multiverselles. Plongé dans une aventure en tant qu’assistant du grand chercheur Everett, reconnu dans son univers pour ses recherches controversées sur les multivers. Un mystère gravite autour du grand chapoté, quelle est sa destination? Quel est le but de son aventure? Le jeune Gamin souhaite le savoir ardemment ainsi qu’explorer le multivers qui, jusqu’à présent, n’était que théorie. Comme vous pouvez le constater, l’histoire est mystérieuse, nous entrainant à explorer et à en savoir davantage. Le pitch parfait pour continuer à avancer dans cette étrange aventure. Personnellement j’ai adoré cette histoire! À l’heure actuelle j’y joue encore afin d’y découvrir la fin.

Jouabilité

Retour d’une jouabilité des plus connue, l’avancée de gauche à droite, sautillant au-dessus des obstacles en créant des ponts vers les multiples objectifs. Chaque niveau offre des mécaniques différentes et variées, combinant les éléments multiverselles afin d’aider l’avancée. L’aventure se fait sans ennemi, mourir est en soi impossible. Quand le personnage prend des dégâts, il ne fait que reculer sur sa zone de départ. Tous ces éléments en font un jeu intéressant, les concepteurs ont bien réussi à faire un jeu ou il y a un intérêt à avancer, autre que pour sauver une princesse sans défense.

Graphisme

Le pixel art à son apogée, les couleurs vives et mortes pour y découdre les différences multiverselles sont à l’honneur. Bien que le jeu soit fait de petits carrés colorés, les définitions des actions des personnages dans ce magnifique multivers sont parfaitement réalisées, ne laissant pas à interprétation sur la conception des personnages. Le contraste élevé entre chaque univers aide à l’interprétation des chemins à emprunter pour atteindre l’objectif fixé par Everett (aller à droite).

Bande sonore

La bande sonore fait contraste sur ce titre vis-à-vis les autres titres que je vous ai présentés, amenant des bandes sonores bien distinctes dans chaque niveau du jeu, tout dépendant de l’univers où l’on joue. Cet élément est bien pensé, ne donnant pas un air joyeux à un univers mort rattaché à un univers bien vivant. Cela donne un effet stressant à l’univers alternatif à savoir ce qu’il s’y passe.

Durée de vie

Faire le premier tableau a été plutôt long, selon mon interprétation de notre système temporel… en outre je crois qu’il faudra au plus 20 heures pour passer au travers de ce magnifique jeu.

What Lies in the multiverse a été créé par deux équipes distinctes, disons qu’ils ont combiné leurs univers pour en faire un jeu des plus amusants! IguanaBee est une équipe avec 10 ans d’expérience, ayant quelques réalisations a leurs palmarès, notamment Headsnatchers, Monsterbag et GI Joe Operation Black Out. Basé au Chili, dans la ville de Santiago, ils y font de fiers ambassadeurs du talent de leur région. Le Studio Voyager est quant à lui plus discret, ce studio est composé de Aaron Frenkel et Vicente Aguiló, basé eux aussi au Chili, ils n’ont que ce jeu à leur actif en ce moment, souhaitons leur pleins de succès! L’éditeur Untold Tales est le même studio nous ayant offert Arise a Simple Story.

En bref, j’ai absolument adoré mon expérience dans What Lies in the Multiverse!  L’utilisation du pixel art est magnifique et n’enlève absolument rien à la liberté scénaristique. L’utilisation de l’humour est parfaite, autant le visuel que le dialogue. Les personnages sont vivants et l’histoire est pleine d’émotion. La bande sonore aide au sentiment rattaché à l’expérience, qui nous porte vers un questionnement constant. Un 15 à 20 heures de jeu délectable est à prévoir pour celui-ci, vous ne les verrez pas passer! Dans un tout, je ne verrais rien de plus à ajouter à ce jeu et je suis heureuse de lui octroyer un 10/10! Je le considère parfait, nous transportant dans des mondes intéressants et vivants en 2D.

Galerie photos (Divulgâcheur possible)

Un énorme merci à Untold Tales de nous avoir permis de tester ce jeu en faire une critique.

Merci d’avoir pris le temps de lire notre critique du jeu What Lies in the Multiverse. N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce jeu dans la section commentaire, ci-dessous!

SkyFarron
Les derniers articles par SkyFarron (tout voir)
 
Partager

SkyFarron

Olivia Skye Hétu, ou SkyFarron! 26 ans originaire de Sherbrooke, se passionne pour le jeu vidéo et l’informatique, rêvant un jour de donner vie à son propre concept de jeu. Elle joue depuis sa tendre enfance à des titres intemporels tels que Zelda, Anno, Horizon et pleins d’autres. Elle espère vous transmettre l’amour de l’art numérique qui l’anime.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *