Critique: Metal Gear Solid

Voici notre critique du jeu Metal Gear Solid, testé sur PS1:

Genre: Tactique et infiltration
Développeur: Konami
Date de sortie: 1999

Disponible sur PS1 et PC

Site Web Officiel

Premier épisode sur Playstation 1, console de cinquième génération, Konami et Hideo Kojima ont révolutionné le jeu tactique / infiltration. Pour les plus jeunes, c’est l’époque des premiers Crash Bandicoot, Final Fantasy 7 et le premier Gran Turismo.

Le concept tient sur la tactique et l’infiltration, autant dire que vouloir passer en force ne sera pas une bonne idée. A son époque, ce titre devenu culte est devenu LA référence de ce type de jeux. Un scénario mélangé à une bande son quasi parfaite, ajouté à ceci une ambiance hors du commun et inédite, et vous voilà dans l’univers de Solid Snake, le héros. Petite anecdote, le jeu tient sur 2 CD.

Revenons sur le principe d’infiltration

Cela pourrait paraître simple, mais Metal Gear Solid impose un nouveau standard dans le jeu vidéo à sa sortie sur PlayStation 1. Le principe fondamental : vous êtes seuls sur le terrain et vous avez en face de vous une armée privée. Passer en force ne sera jamais la solution. La diversion, la discrétion, et l’environnement où vous évoluez compte pour beaucoup dans la réussite de la mission.

Dans cet opus, vous prenez le contrôle de Solid Snake, ancien membre de FoxHound et soldat d’élite en infiltration.

Le scénario

Liquid Snake a pris le contrôle de l’île de Shadow Moses en Alaska.

Il menace de tirer sur les Etats-Unis avec une arme nucléaire, lancée avec une nouvelle génération de Metal Gear, et de tuer les otages comme le chef du DARPA ou le président d’ArmsTech.

La seule revendication est 1 milliard de dollars et les restes de Big Boss, le plus grand soldat du monde. Un soldat, ex FoxHound, a pour mission de désamorcer la situation. L’infiltration se fait en solo, mais vous pourrez toujours compter sur vos contacts via codec pour vous aider.

Et vous trouverez de l’assistance sur place.

C’est beau?

En reprenant les standards de l’époque (1998-1999), le jeu est magnifique. Les décors sont sublimes, la modélisation est une réussite pour le support, et restera LA référence pendant longtemps.

Tous les décors peuvent servir à faire diversion en tapant dessus pour faire réagir les gardes.

Qu’il s’agisse des décors extérieurs dans la neige, ou au sein des cellules ou de la salle de conférence, tout est bien pensé et agencé avec beaucoup de détails.

Et sinon, on écoute quoi?

Les musiques mettent parfaitement dans l’ambiance du jeu. Les dialogues sont épiques et les sons rendent parfaitement compte de l’environnement. Seul bémol, le doublage en français, qui est correct sans plus. Parfois les intonations de voix semblent exagérées. Heureusement dans l’ensemble, le sound design reste très bon.

On y joue longtemps?

La particularité de ce premier volet est qu’il est intéressant de le refaire une fois terminé, pour bien comprendre tout le scénario. On s’aperçoit alors de toute la subtilité de la mise en scène et du génie d’Hideo Kojima.

Mais la première partie prendra une douzaine d’heures avant d’arriver à la fin. Il serait toutefois dommage d’en rester là après les découvertes faites au cours du jeu.

Un jeu immanquable sur PlayStation 1. Un incontournable de la série des Métal Gear. Presque cinématographique.

Merci d’avoir pris le temps de lire notre critique du jeu Metal Gear Solid. N’hésitez pas à nous donner vos avis sur ce jeu dans la section commentaire, ci-dessous!

Sebastien Astien
Les derniers articles par Sebastien Astien (tout voir)
 
Partager

Sebastien Astien

Développeur Web en devenir, il est fan et joueur de jeux vidéo depuis la sortie de la NES. Fan de rétro comme de nouveautés, il se fait plaisir principalement sur Sony (PS1, PS2, PS3, PS4, PSP). Il n'abandonne pas pour autant sa Xbox première du nom, ainsi que l'émulation pour tout ce qui est rétro. Et de temps en temps sur mobile.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.