Critique: Impaler

Voici notre critique du jeu Impaler, testé sur PC:

Genre: Rogue-Shooter
Développeur: Apptivus
Date de sortie: 6 décembre 2022

Disponible sur PC

Vous êtes seul, dans une église complètement vide et vous devez faire face à tout un bestiaire démoniaque avec, pour vous défendre, un pouvoir vous permettant d’invoquer des piques pour empaler les ennemis, et une arme à feu pour varier les plaisirs ! Fan de Doom, Fears, Quake, Duke Nukem ou encore Exhumed, ce jeu est pour vous !

Une fois cette porte franchie, ne vous arrêtez jamais de bouger !

Ainsi commence le gros foutoir 

Pour résumer l’histoire, ça ressemble à un mélange de deux films ! Vous prenez le concept d’Un jour sans fin, à savoir une journée que l’on revit tout le temps, et la fin d’Une nuit en enfer, la grosse baston avec les créatures sataniques ! Vous secouez bien le tout, et vous obtenez Impaler ! L’idée peut sembler simple, mais elle fonctionne parfaitement ! Défourailler et buter des monstres sans cesse tout en étant attaqué par des vagues d’ennemis, une stimulation suffisante pour progresser dans le jeu !

Et hop ! Empalé, c’est pesé !

Manette ou clavier/souris ?

Devant ce titre qui sent bon les années 90 m’est apparu un terrible dilemme, y jouer comme un puriste au clavier/souris ou à la manette comme le joueur occasionnel que je suis ? Et déjà, est-ce que le jeu permet d’y jouer à la manette ? Et à ces deux questions, la manette 360 a su y répondre, le soft est parfaitement jouable au pad et les préréglages de vitesse de sticks analogiques m’ont paru suffisants pour mon pauvre niveau de jeu et mes faibles compétences aux FPS ! Quoi qu’il en soit, pour vous débarrasser des hordes de monstres arrivant par vagues, vous disposez de piques et d’une arme à feu (que l’on pourra changer à force de progression dans le jeu), mais leur usage est limité dans le temps, et il est donc vivement conseillé d’alterner les méthodes ! Vous pouvez aussi réaliser de grands sauts via les rampes de saut disséminées dans l’arène, ou en faisant pousser un pique en dessous de vos pieds avec un double saut pour éclater le maximum de vilaines bestioles sataniques ! Comme tout Rogue-like, le but est de débloquer le maximum de bonus de santé, d’arme, de pique avec votre argent durement gagné et d’aller le plus loin possible dans les rounds, et de recommencer. À chaque nouvelle session de jeu vous n’avez plus de bonus sur vous, mais ceux découverts dans vos parties précédentes ne seront plus présentés sous forme de point d’interrogation lorsqu’il faudra en choisir un, entre deux rounds !

Je prends la boîte mystère !

Du gros pixel qui tâche !

Si la touche graphique est jolie dans son ensemble, le jeu reste relativement sobre en termes d’esthétique, les décors sont particulièrement austères ! Dès que les hostilités commencent, les lumières et les couleurs changent et c’est parti pour un gros carnage de monstres en 2D ! Mais de la 2D plutôt grossière, à l’œil nu, je parviens presque à compter le nombre de pixels qui composent les ennemis, c’est une direction artistique à laquelle je n’adhère pas ! J’ai bien saisi que le jeu se veut un hommage aux shooters des années 90, mais il n’était pas nécessaire de réaliser les objets et les personnages de manière aussi grossière ! Hormis cela, le tout est très fluide et l’ambiance visuelle est agréable, ça pète et ça bouge dans tous les sens et le jeu n’est pas avare en détails macabres !

Pour le son, de la guitare et des cris de démons !

Les effets sonores ont la particularité d’être assez immersifs, le bruit de chaque pique invoqué, de chaque balle, des monstres, tout est jouissif ! On prend un malin plaisir à venir éclater de nos bottes les hordes d’ennemis, le ressenti de l’impact est très bien rendu par sa sonorité, dégommer tout le bestiaire du jeu avec un tel ressenti sonore est extrêmement fun !

Pour la musique, c’est entraînant sans que ça ne prenne l’ascendant sur le reste, ce n’est pas inoubliable, mais c’est suffisant pour soutenir l’action, j’aurais aimé du rock un peu plus présent malgré tout !

Il ne reste plus grand-chose de cette succube !

Rentre ton meilleur score !

Comme tout Rogue-like, le but est d’abord de recommencer le jeu jusqu’à débloquer le maximum de bonus possible avec pour objectifs d’aller toujours plus loin dans le jeu ! Ça peut paraître répétitif, mais faire plusieurs parties en essayant divers bonus et diverses armes découverts au cours des parties précédentes, cela rend la progression plus rapide et permet de varier la manière de vous débarrasser de ces entités maléfiques ! Si votre but est de seulement débloquer toutes les armes du jeu et tous les bonus, je pense qu’entre 5 et 10 heures de jeux seront bien suffisantes, mais Impaler est un jeu qui se prête à une petite partie de temps en temps même s’il n’y a plus rien à découvrir, après tout, il n’y a pas besoin de justification pour exploser du monstre en 2D !

Tout écraser règle la plupart des problèmes !
Le niveau 10 sonne la fin de partie pour ma part !

Il semblerait qu’Impaler soit le premier jeu d’Apptivus, et c’est prometteur pour la suite, c’est un petit jeu en termes de contenu, mais il est irréprochable dans sa réalisation ! J’ai bien apprécié le fait que le jeu propose les textes en français, que ce soit dans les menus ou dans le jeu lorsqu’il faut choisir un bonus à débloquer !

Impaler est un hommage aux gros shooters des années 90, en tant qu’empaleur, vous anéantissez tout ce qui passe, et ce de plusieurs manières différentes, entre les piques, les armes, le bullet time, l’écrasement de vos bottes et les divers bonus découverts et débloqués au fur et à mesure de la partie, la force de ce titre est clairement sa variété de mécanique de jeu ! On a affaire à un mélange entre Crazy Taxi pour sa rejouabilité de courtes sessions de jeu, ainsi que Quake 3 Arena pour le jeu de tir en petite arène fermée, avec un zeste de Rogue bien sûr ! Le jeu est très accessible pour ce qui est de la difficulté, n’étant pas un gros joueur de FPS, j’ai passé un très bon moment sur ce titre ! On pourra malgré tout regretter qu’il n’y ait pas d’autres arènes ou de mode multijoueur, coopération ou match à mort, par internet ou en local, ou quelques musiques en plus ! Je conclus cette critique en envoyant des petits piques, mais après tout, je suis l’empaleur !

Un énorme merci à Retrovibe de nous avoir permis de tester le jeu pour en faire une critique.

Merci d’avoir pris le temps de lire notre critique du jeu Impaler. N’hésitez pas à nous donner vos avis sur ce jeu dans la section commentaire, ci-dessous!à

Noxyoz
Les derniers articles par Noxyoz (tout voir)
 
Partager

Noxyoz

Fan de jeux vidéo depuis mes 4 ans, j’ai commencé à jouer sur l’Amiga de mon père et cette passion me suit depuis tout ce temps ! J’ai créé une chaîne Youtube que j’ai nommé Noxyoz, où je parle de jeux qui m’ont marqué. Même si les jeux récents m’intéressent, je suis surtout attiré par le rétro en général, en console comme en ordinateur !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *