Critique: Xenoblade Chronicles 3

Voici notre critique du jeu Xenoblade Chronicles 3, testé sur Nintendo Switch:

Genre: Jeu de rôles (RPG)
Développeur: Monolith Soft
Date de sortie: 29 juillet

Disponible sur Nintendo Switch

Site Web Officiel

En 2017, Xenoblade Chronicles 2 faisait son apparition au plus grand plaisir des fans du premier jeu de la série. Ce 2e opus fut une grande réussite, malgré quelques choix qui ont été mal jugés par la communauté. Par la suite, il y a 2 ans, un remaster du premier jeu de la série à fait son apparition. Maintenant, en milieu de cette année 2022, Monolith Soft nous propose son très attendu 3e opus, soit Xenoblade Chronicles 3. Les fans de la série l’attendaient de pied ferme et la hype autour de cette sortie était de plus en plus grande au fil des derniers mois. Est-ce que l’attente en valait la peine ? Est-ce que les fans, tout comme les nouveaux venus, seront ravis de ce nouvel opus ? Décortiquons ce magnifique jeu points par points pour essayer d’y voir plus clair.

Un scénario original, supporté par une mise en scène magistrale !

L’histoire du jeu se déroule dans le monde d’Aionios, dans lequel deux nations rivales, Keves et Agnus, se font la guerre sans arrêt depuis la nuit des temps. La raison de ces affrontements est de récupérer l’énergie vitale de leur adversaire, pour remplir leur propre réserve et celle de leur nation.

Dans les différents clans, les soldats occupent différents postes et/ou classes et combattent durant 10 périodes, ce qui équivaut à 10 ans. Par la suite, ces soldats qui sont nés artificiellement, sont remerciés par leurs pairs à l’aide d’une grande cérémonie qui leur permet de quitter le monde d’Aionios.

Dans ce 3e Opus, vous incarnez principalement Noah, qui fait partie de la nation Keves. Noah est un passeur d’âmes qui, grâce à sa flûte mais aussi à l’aide de ses 2 coéquipiers Lanz et Eunie, aide à guider l’énergie des défunts, vers un monde meilleur, tout en les remerciant d’avoir combattus à leur côté.

Jouer de la flûte fera passer les âmes des défunts vers un monde meilleur

La fin de service des 3 compagnons arrive bientôt à terme et une mission spéciale leur est demandée et ils devront affronter la nation d’Agnus. Lors de cet affrontement, nos 3 protagonistes feront la rencontre de 3 autres combattants, du clan adverse. À la suite d’un évènement que je ne vous dévoilerai pas pour ne pas vous gâcher une scène marquante de début de partie, les 3 personnages de chaque nation devront faire équipe pour réaliser une seule et même quête, soit d’atteindre un lieu nommé La Marche de l’Épée, pour en savoir davantage sur tout ce qui se passe depuis a l’évènement qui vient de se produire.

Cette épée sera office de destination pour votre quête principale

Je pourrais vous parler du scénario encore longtemps, mais vous en savez déjà assez sans que je vous gâche le plaisir de le découvrir. Le jeu regorge de rebondissements et de moments marquants.

Oui le jeu repose sur une histoire solide, mais ce qui fait une perle au niveau du scénario, et qui vient selon moi pousser la note encore plus haute, est la mise en scène magistrale que propose le titre.

Si les cinématiques sont parfois longues… très longues même, elles ne sont en revanche jamais lassantes ou inutiles. Chaque cinématique est importante à la bonne compréhension de l’histoire, et considérant la manière dont celles-ci sont misent de l’avant avec les animations, la musique et la mise en scène, vous ne voudrez jamais en manquer une seconde. On a parfois l’impression d’écouter un épisode complet d’un animé japonais tellement la mise en scène est parfaitement réalisée.
Pour les plus impatients, il est quand même possible, à l’aide d’une touche, de passer ces innombrables cinématiques.

Pour finir sur ce point, il est parfaitement possible de jouer à ce 3e opus sans même jamais avoir touché aux autres jeux de la série. Il y a quelques clins d’œil et/ou personnages ici et là qui ne vous diront rien, mais ces éléments ne gêneront jamais votre aventure. De plus, le scénario proposé dans cet opus est beaucoup plus sombre et mature que dans le 2e.

Pour ma part, il y a longtemps qu’un jeu ne m’avait pas autant captivé, et ce que par son histoire et sa mise en scène.

Des combats simples, aux allures démesurées !

Quand on regarde des séquences de gameplay, surtout des phases de combats, on peut rapidement se perdre avec tout ce qui s’affiche et toute l’action véhiculée à l’écran, supporté par les plusieurs ennemis, mais également par nos 6 personnages qui combattent tous en même temps.

Avec toutes les informations présentes à l’écran lors des combats, il peut paraitre très difficile de s’y retrouver, ça on ne peut pas le nier. Cependant, les créateurs ont réussi à amener le tout d’une main de maître.

Au début du titre, on commence avec peu de personnages, et on nous dévoile peu à peu les différentes mécaniques de jeu. Par exemple, lors de votre premier combat, on vous montre comment bouger et comment le personnage attaque automatiquement sans que vous n’ayez à faire quoi que ce soit. Quelques temps plus tard, le jeu dévoile une nouvelle mécanique, et ainsi de suite jusqu’à temps qu’elles soient toutes dévoilées.

Je trouve que cette manière de procéder est du génie. Au lieu de tout nous transmette la totalité des informations en un court laps de temps, et qu’on doive assimiler toutes les mécaniques en même temps, on apprend le tout peu à peu, ce qui nous permet de bien assimiler la nouvelle mécanique qui vient d’être apprise. Au final, quand on arrive avec tous les personnages en mains, et toutes les mécaniques de jeux apprises, il est super facile de s’y retrouver.

L’écran est chargé d’informations, mais le jeu reste fluide et facile à prendre en main

Côté mécaniques de jeu, voici les principales choses qu’on peut noter :

  • Les personnages attaquent automatiquement les ennemis. Vous vous occupez de déplacer votre personnage, et celui-ci attaque automatiquement sans que vous n’ayez à appuyer sur une touche.
  • En plus des attaques automatiques, vous pouvez utiliser des arts, que vous devrez assigner à différentes touches. Vous pourrez changer ces arts à votre guise à force de les apprendre.
  • Dans les arts que vous assignerez à vos personnages, il y en a une spéciale qui est en sorte l’attaque spéciale du personnage.
  • Lorsqu’on débute un combat, les 3 arts de base sont remplis et prêts à être utilisés, sauf la capacité spéciale. Lorsqu’on les utilise, on doit attendre que ceux-ci se rechargent pour pouvoir les utiliser à nouveau.
  • Certains arts sont faits pour être utilisés à des emplacement spécifiques sur les ennemis, comme derrière lui ou sur ses flancs. Vous pourrez tout de même réaliser les capacités si vous ne respectez pas l’emplacement indiqué, mais elles seront moins puissantes.
  • Si vous utilisez les bons emplacements indiqués, votre jauge d’attaque spéciale se remplira plus rapidement.
  • À l’aide d’une combinaison de touches, vous pourrez indiquer à vos coéquipiers quoi faire ou pas. Par exemple, vous pouvez obliger tout le monde à attaquer le même monstre que vous. Sinon vous pouvez leur dire de tout lâcher ce qu’ils font pour vous rejoindre.
  • En plus des emplacements spécifiques, les arts sont parfois aussi dédiés à réaliser différentes choses, comme faire tomber un monstre volant, ou en étourdir un autre, ou même écraser au sol de plus gros adversaires. Si vous prenez le temps de bien vérifier chaque information de chaque art, et que vous prenez de temps de faire les bonnes associations, vous pourrez créer des combos puissants qui terrasseront rapidement les adversaires les plus imposants.

Le jeu propose également l’utilisation des Ouroboros. Ceux-ci sont le résultat d’une fusion entre deux membres de notre équipe. Les Ouroboros sont de puissantes créatures que vous pourrez utiliser lors des affrontements les plus ardus.

La première rencontre avec les ouroboros est assez épique

Même si le jeu propose déjà beaucoup de diversité côté gameplay, il ne faut surtout pas oublier les changements de classes. On peut donc interchanger les classes d’un personnage à l’autre. De cette manière, vous pourrez maîtriser des capacités et des arts de d’autres classes, et vous pourrez revenir à votre classe de départ, en gardant certaines capacités apprissent grâce à la classe précédente. Grâce à cette mécanique de classes, vous pourrez trouver les combinaisons les plus puissantes pour votre équipe.

Le jeu est hyper riche côté gameplay, et même s’Il y a beaucoup de choses à assimiler, un coup la manette en main, le tout se fait naturellement et au final, il n’y a rien de compliqué et tout est facilement apprivoisable, grâce à l’apprentissage graduel proposé.

Un visuel à double tranchants !

Le rendu visuel, voici un point qui est assez dure à trancher. Avec ce jeu, on voit qu’on a vite atteint la puissance maximale de la console de Nintendo. Des textures assez grossières et parfois moches, des personnages au rendu très simplet, des effets de lumières limités et un rendu rapproché assez basique.

Certaines textures sont vraiment moches, surtout de près

Cependant, quand on s’attarde un peu moins à ce côté, et qu’on contemple le rendu en profondeur des paysage lointains, les environnements proposés par les différentes régions, les animations et la fluidité des combats, on peut rapidement oublier les lacunes énumérées auparavant.

Le jeu n’est pas magnifique, mais il n’est pas laid non plus. C’est vraiment grâce à ses beaux paysages profonds et sa fluidité lors des combats (car il y a vraiment beaucoup d’éléments en même temps à l’écran) que le jeu réussi à s’en tirer côté visuel.
Malgré le fait qu’il y ait beaucoup de choses et d’action à l’écran, je n’ai noté aucun ralentissement lors des combats. Les développeurs ont peut-être opté pour un visuel moins détaillé, pour avoir une meilleure performance générale du jeu.

Les paysages lointains et profonds sont de toute beauté
En voici un autre exemple

Une bande sonore impeccable !

Comme je le disais auparavant, le jeu propose une mise en scène plus que parfaite. Il n’est pas simplement question des cinématiques et du scénario, mais aussi de la bande sonore proposée.

Avant toute chose, il est important de noter que le jeu propose seulement les voix japonaises et anglaises. Aucune traduction française n’est disponible, outre le texte intégral du jeu.

La traduction audio anglaise est très respectable, mais le gros point fort de la bande son est surtout au niveau des arrangements musicaux. Le titre propose des musiques excellentes et qui collent parfaitement bien aux différents moments visés (combats, explorations, cinématiques, etc.).

Des heures et des heures de plaisir !

Si vous êtes du genre à aimer les jeux qui proposent des dizaines d’heures, et même plus, alors Xenoblade Chronicles 3 est parfait pour vous. Si vous vous en tenez à l’histoire principale, il vous faudra environs une 50e d’heures pour en venir à bout. Si jamais vous décidez de faire toutes les quêtes annexes, vous augmentez cette donnée à environ 75 heures de jeu. Pour les plus acharnés, ceux qui sont à la recherche de la perfection et de faire le titre à 100%, c’est plutôt une 100e d’heures de jeu qui est à prévoir.

Ramasser certaines provisions fait parties des innombrables quêtes annexes

Conclusions finales sur un jeu grandiose !

Comme vous avez pu le constater, sans l’ombre d’un doute, je crois que Xenoblade Chronicles 3 est d’une grande réussite. Le jeu propose beaucoup de points positifs, mais pour moi celui qui se démarque de tous, est vraiment son scénario mature et sombre, supporté par sa mise en scène impeccable. On rajoute à ça une durée de vie monstrueuse et une bande sonore magnifique et on obtient un des meilleurs RPG sortis dans les dernières années !

Points positifs :

  • Scénario à la hauteur de la série ;
  • Mise en scène comme j’ai rarement vue dans les récents RPG ;
  • Une bande son qui colle à merveille avec les différents moments du jeu ;
  • Une durée de vie monstrueuse ;
  • Des environnements éloignés très beaux visuellement ;
  • Traduction complète des textes en français ;
  • Aucun ralentissement noté même si l’écran est pleins d’éléments et d’action ;
  • Un tutoriel qui rajoute des éléments graduellement au courant du jeu ;
  • Des personnages dynamiques et charismatiques ;
  • Une prise en main facile et efficace, malgré tout ce qui se passe à l’écran ;
  • Un bestiaire riche et varié ;
  • L’utilisation des arts avec leurs zones de dégâts prévus ;
  • Les changements de classes entre les personnages.

Points négatifs :

  • Un rendu général médiocre, si on oublie les paysage éloignés ;
  • Le jeu peut être assez facile, surtout en mode normal ;
  • Des cinématiques longues…très longues, même si elles sont superbes ;
  • Peut-être un peu trop d’informations à l’écran lors des combats ;
  • Une intelligence artificielle un peu discutable ;
  • Les combats peuvent parfois devenir redondants ;
  • De grands environnements, qui sont parfois vides.

Si vous êtes fans de grands RPG, proposants un gameplay simple mais efficace, une direction scénaristique magistrale et proposant des dizaines et des dizaines d’heures de jeu, alors sautez sur l’occasion et n’hésitez surtout pas à vous procurer ce magnifique Xenoblade Chronicles 3.

Un énorme merci à Nintendo Canada de nous avoir permis de tester le jeu pour en faire une critique.

Merci d’avoir pris le temps de lire notre critique du jeu Xenoblade Chronicles 3. N’hésitez pas à nous donner vos avis sur ce jeu dans la section commentaire, ci-dessous!

Underdrouin
Les derniers articles par Underdrouin (tout voir)
 
Partager

Underdrouin

Dans la trentaine, originaire de la Beauce.. Il a le bonheur d'être marié et papa de 2 beaux enfants. Il est dessinateur industriel depuis maintenant près de 14 ans et parallèlement, il est aussi pompier volontaire et premier répondant. Gameur depuis son tout jeune âge. Il a découvert le gaming grâce à la Super Nintendo. Depuis cette console, il a possédé toutes les autres consoles suivant cette génération. Actuellement sur la nouvelle génération, il est le genre de joueur qui aime toucher à tout de près ou de loin. Au plaisir de discuter gaming avec vous, ou même de se retrouver en ligne lors d'une partie. Game On !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.