Menu Close

Critique: Ancestors: The Humankind Odyssey

Voici notre critique du jeu Ancestors: The Humankind Odyssey, testé sur PS4:

Genre: Survie
Développeur: Panache Digital Games
Date de sortie: 27 août 2019

Disponible sur PS4, Xbox One et PC.

Site Web Officiel

Ancestors vous transporte en Afrique 10 millions d’années avant notre ère. Sans trop savoir quoi faire, vous devrez apprendre à survivre et à faire évoluer votre clan.

Un jeu de survie minimaliste

À peine catapulté dans le jeu, vous aurez à vous débrouiller sans trop d’aide. Bien sur, l’aide à l’écran vous aidera à savoir sur quels boutons appuyer pour effectuer une action mais en dehors de ça, vous serez un peu laissez à vous-même. Après tout, nos ancêtres d’il y a 10 millions d’années n’avaient pas de tutoriel pour les aider.

Le jeu permet deux modes principaux pour débuter. Le mode standard vous permet de commencer avec un clan de plusieurs singes et un autre mode vous permet de débuter le jeu avec un seul singe. Ce sera à vous de recruter les premiers membres de votre clan.

Le campement de base de toute partie. C’est là que votre clan restera si vous ne leur demandez pas de vous suivre dans vos aventures.

Le but du jeu est plutôt simple : favoriser les apprentissages de votre clan et lui permettre d’évoluer. Cependant, simple ne veut pas dire facile et il y a fort à parier que vous perdrez beaucoup de singes avant de réussir à comprendre comment vivre dans votre environnement.

Tout est à découvrir : la nourriture, la dextérité, les prédateurs, l’environnement, l’accouplement et l’interface ne vous aidera pas beaucoup.

Faire des enfants avant tout

Pour arriver à développer leurs neurones et apprendre de nouveaux atouts, vos singes doivent être en présence d’un enfant. Votre premier apprentissage devra donc être la reproduction, mais tout d’abord vous devrez former un couple avec un autre singe. Il faudra parfois être patient pour y arriver!

Chaque naissance est accompagnée d’une cinématique que vous pourrez passer si vous êtes du genre impatient.

Une fois que votre clan comptera au moins un enfant, vous pourrez vous attarder à l’apprentissage : découvrir les types de nourriture, apprendre à marcher debout, à utiliser des outils. Il faudra beaucoup de répétition pour faire maturer vos neurones et acquérir le nouvel apprentissage.

Pour transmettre ces apprentissages aux générations futures vous devrez les renforcer avec des points de renforcement (qui s’accumule selon votre nombre d’enfants et vos prouesses), puis changer de génération et finalement évoluer.

Voici le schéma neuronal de mon 4e clan. Leurs sens sont très développés mais leur communication beaucoup moins. À vous de déterminer ce que vous ferez évoluer en premier chez vos singes.

Sans y aller dans les détails, tout ce que vous ferez aura un impact sur votre évolution, même le nombre de naissances et de morts. Les singes sont plutôt fragiles et peuvent mourir pour toutes sortes de raison : déshydratation, blessures, épuisement et vieillesse.

Vous pouvez créer un nombre quasi-illimité de clans, chacun étant une nouvelle partie. Pour arriver à un résultat intéressant sans perdre tous mes singes, il m’a fallu 4 parties. Mon esprit aventurier m’a énormément nuit dans mes premiers essais. Mon conseil ? Restez près du camp et faites des bébés!

Des paysages à couper le souffle

La nature vierge de la jungle est très belle et vous aurez certainement envie de voyager et découvrir les environs, mais attention car la beauté du paysage cache souvent des prédateurs et avant d’être capable de les combattre il faudra beaucoup d’évolutions!

Vous pourrez toutefois apprendre à intimider vos prédateurs et parfois vous les pousserez ainsi à se battre entre eux (ici un crocodile n’a fait qu’une bouchée du sanglier)

Les graphismes sont plutôt bien réussis dans l’ensemble mis à part quelques bugs parfois (singe qui ne touche pas l’arbre alors qu’il grimpe dessus, ce genre de choses). Ces petits détails ne nuisent pas au jeu.

Le jeu comprend beaucoup d’effets sonores et de musiques mais ils ne sont pas très variés. Les effets sonores sont bien réussis et vous permettront parfois d’identifier une menace avant même de l’avoir vue.

Évoluez comme vous le souhaitez

Ce que j’ai le plus aimé dans le jeu, mis à part mes difficultés initiales, c’est la liberté de pouvoir faire ce qu’on veut et ainsi d’avoir un impact sur les capacités de notre clan. Il y a plusieurs aspects qu’on peut développer : communication, sens, motricité, dextérité, intelligence, et selon votre façon de jouer votre clan développera certains aspects en priorité et deviendra donc différent selon chaque partie.

Chaque prouesse a une incidence sur la vitesse d’évolution. Certaines prouesses vous feront gagner plus de terrain que d’autres.

Ce qui m’a plut le moins c’est le côté répétitif du jeu. Pour apprendre, on doit faire et refaire souvent les mêmes choses. Il va sans dire que c’est plutôt réaliste et représentatif de la vie, mais ça peut devenir long pour un joueur qui préfère l’action et l’exploration.

Malgré ce petit côté négatif j’ai vraiment apprécié jouer à Ancestors. Il y a un petit quelque chose d’addictif qui fait que j’ai toujours envie de retourner voir mon clan et de savoir jusqu’où je pourrai le faire évoluer. Est-ce que le jeu permet de faire évoluer notre clan jusqu’au stade d’homo sapiens? Si jamais je le découvre, je vous le ferai savoir!

Pour l’instant, j’en suis ici! 9 millions d’années avant notre ère après plusieurs heures de jeu.

Merci d’avoir pris le temps de lire notre critique du jeu Ancestors: The Humankind Odyssey. N’hésitez pas à nous donner vos avis sur ce jeu dans la section commentaire, ci-dessous!

IsaMulti
Les derniers articles par IsaMulti (tout voir)
 
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires